Histoire

Renaissance d'un maison centenaire

Après être tombée dans l'oubli pendant plus de soixante ans, la marque Siduna est relancée par deux professionels de l'industrie.

L'histoire de Siduna débute à la fin du XIXe siècle dans la ville horlogère de Bienne en Suisse. Quelques décennies auparavent, les horlogers Nord-Américains avait mis au point des méthodes de production en série qui leur avaient permis de casser les prix des montres de poche1. L'usine suisse qui produirait plus tard les montres Felca et Titoni étudia plusieurs solutions pour diminuer ses prix sans pour autant compromettre la qualité.

hauptbahnhof 1864

En premier, le nouveau label Siduna utilisait une même ébauche (construction) dans deux finitions différentes: standard et Chronomètre. Ce mouvement était également utilisé pour des montres de poche de la prestigieuse maison Garrard & Co. de Londres. En second lieu, l'usine s'approvisionnait en boîtes à l'étranger, comme à Boliden en Suède, réputée pour son argent, et chez Rodi & Wienenberger de Pforzheim2, la capitale allemande de l'acier. Ces astuces permirent de maintenir un niveau de qualité élevé pour l'époque, avec des détails tels que le spiral Breguet, ce qui permis au label Siduna de remporter plusieurs médailles à l'Exposition Universelle.

Siduna gold plated watchExample de Chronomètre Siduna avec boîte plaqué or 40 micron de chez Rodi & Wienenberger.
gallerie hall, années 1930.

Siduna fut également l'une des premières marques à utiliser le Staybrite, un alliage chromium-nickel d'acier développé en 1924 par Firth Brown Steels. En 1929, la société danoise Siduna Aktieselskab fut créée avec pour siège social la place Gammeltorv 22 dans le centre de Copenhague, renforçant ainsi la présense de la marque sur la côte baltique.

Gammeltorv og Caritiasspringvandet caImage de Christian Neuhauss, Musée de Copenhague, reproduit sous fair dealing (s32)

En 1946, une demande de dépôt de marque fut remise l'office de brevets des États-Unis par C. Gotterup, qui cumulait les fonctions de directeur de Siduna AS et de la société soeur Nordisk Urfabrik Aktieselskab à Copenhague.

Siduna trademark application 1946

L'acier Staybrite était particulièrement difficile à graver, et donc également difficile à griffer, ce qui le popularisa dans l'industrie suisse  sous le grade SAE 304 avant le développement du grade SAE 316L (qui avait une teneur en nickel et chrome légèrement supérieure). Siduna transitiona à la montre-bracelet et produit à son apogée des chronographes 18K à remontage manuel avec calibre Landeron avant de tomber dans l'oubli au début de la révolution informatique.

En 2006, un horloger de Stockholm nommé Folke Bertil Ingerlund réactiva la marque pour la maintenir au niveau nationale jusqu'à sa retraîte en 2017. À ce stade, l'ex-designer de Longines Francis Jacquerye se prit d'intérêt pour la marque après s'être installé en Suède avec sa famille, à 27 km à vol d'oiseau du siège social historique de la société danoise. S'étant spécialisé chez Longines dans la ré-édition de montres d'époques avec des matériaux modernes, Francis Jacquerye décida d'utiliser son réseau professionnel en Suisse et l'aide de l'horloger Peter wadbro pour produire des montres mécaniques en Scandinavie avec des mouvements suisses, exactement comme Siduna le faisait 90 ans auparavent.

1. How Switzerland Came to Dominate Watchmaking par Victoria Gomelsky pour the New york Times
2. Mikrolisk, l'index horloger des montres par le Dr. Andreas Schröter